Littéralisme biblique

Bien sûr, ce n'est pas un problème pour Suprémacistes de la KJV .
Lecture légère de l'âge du fer
La Bible
Icône bible.svg
Gabbin 'avec Dieu
Analyse
Courtiser
Les figures
Si vous fermez simplement les yeux et bloquez vos oreilles
Aux connaissances accumulées au cours des deux derniers millénaires
Puis moralement , devinez quoi? Vous êtes décroché
Et merci Christ il suffit de lire un livre
- Tim Minchin ,Le bon livre

Littéralisme biblique est le théologique estiment qu'il faut tenir compte du contenu du Bible comme littéralement vrai et 'inerrant' . Le texte ne doit pas (selon ce point de vue) être interprété comme une allégorie, Littérature , ou mythologie , et est irréprochable dans ses prétentions, irréprochable dans tous les domaines. Le littéralisme fournit le fondement de plusieurs pseudoscientifique positions, telles que créationnisme jeune-Terre , théorie du déluge , géocentrisme et plat-Earthism . Le littéralisme biblique, tel qu'appliqué dans l'histoire, a également justifié esclavage , ainsi que le renforcement racial ségrégation , Lois Jim Crow , et Aparté ( Actes 17:26 ). Les littéralistes bibliques peuvent trouver un soutien tant pour les monarchies que pour les républiques théocratiques. Faites votre choix.


Une croyance en littéralisme biblique exige que l'on ignorer ou refuser d'énormes quantités de moderne science et ses preuves à l'appui, et de remplacer prouvable , rationnel explications avec différentes versions de ' Goddidit ». L'insistance sur une signification littérale simple peut également masquer les points plus larges que écritures transmettre, comme moral leçons ou preuves de la miséricorde de Dieu. La croyance au littéralisme implique souvent un appel à un 'bon sens' interprétation de la Bible que chacun peut voir par lui-même, tout en promouvant une interprétation littérale officielle du religieux autorité . (Après tout, certains passages bibliques peuvent sembler obscurs, des millénaires après leur composition originale.) Même en ignorant hypocrisie de revendiquer un littéralisme interprété individuellement tout en promouvant une ligne officielle de littéralisme du parti, d'autres problèmes du littéralisme biblique comprennent:

  • le recours (par exemple) au Version King James de la Bible et ignorant les nombreux problèmes avec Traduction de la Bible
  • manque de compréhension de la part des lecteurs profanes des contextes culturels dans lesquels des textes bibliques individuels ont été écrits ou placés (tout en accusant critiques de sortir les versets bibliques de leur contexte )
  • cueillette de cerises quels passages de la Bible prendre à la lettre et lesquels prendre métaphoriquement
  • ignorer contradictions dans la Bible elle-même
  • l'interprétation ne cadrant pas avec la réalité

Un récent sondage Gallup (2017) semble suggérer que le littéralisme biblique décline lentement aux États-Unis au profit de la croyance plus rationnelle que la Bible se compose de `` fables, légendes, histoire et préceptes moraux enregistrés par l'homme ''.

Contenu

Littéralisme vs inerrance vs infaillibilité

Ah, oui - parfois la Bible est le motde Dieu. Parfois c'est le motde l'homme. Et parfois, c'est le motde deux ou plusmais.quelquefoisle littéral de la Bible, etquelquefoisc'est simplement symbolique.
- Penn Jillette , en réponse aux chrétiens qui essaient à la fois de manger et de garder le gâteau du littéralisme en même temps

Il est important de faire la distinction entre les concepts connexes mais séparés de littéralisme biblique, d'inerrance biblique et d'infaillibilité biblique. Certains sont utilisés de manière interchangeable selon à qui vous demandez. Mais, selon des définitions strictes pour des raisons de précision, elles sont différentes - de nombreuses bases doctrinales ou confessions pour les églises et les sectes organisées exigent que les adhérents considèrent la Bible comme `` inerrante '' mais ne soutiennent pas les interprétations littérales comme créationnisme .

  • Auto-interprétation: La forme la plus extrême, cela soutient qu'il y a un vrai sens singulier qui sera rendu évident à tout 'vrai' croyant en lisant simplement le texte. Cela forme généralement une lecture excessivement textuelle qui traite le texte comme s'il s'agissait de données scientifiques; toutes les contradictions apparentes seront considérées comme factuelles et «harmonisées» dans cet esprit. Cette attitude peut considérer une traduction spécifique comme la seule correcte (par exemple, Jack Chick considéré seule la Bible King James comme véridique ). Il est souvent critiqué par des littéralistes moins fous comme adorer la Bible au lieu de Dieu .
  • Littéralisme biblique: Une approche littéraliste signifie que l'on lit la Bible d'une manière claire et directe, en essayant de discerner l'intention originale de l'auteur ou des auteurs. Les littéralistes bibliques croient que les auteurs originaux de la Bible ont été inspirés par le Saint-Esprit et ont rédigé des écritures dans divers genres et styles littéraires de l'époque. Ainsi, les littéralistes bibliques acceptent que, par exemple, la poésie et l'allégorie dans la Bible sont littéralement vraies mais ne peuvent pas nécessairement être écrites comme un document historique. Ils examinent les circonstances des Écritures pour déterminer comment elles doivent être comprises.
  • Inerrance biblique: C'est la base que la Bible ne contient tout simplement aucune erreur. Il y a une différence subtile mais importante entre cela et l'exactitude historique, car les histoires peuvent être interprétées comme allégoriques, mais leur signification reste vraie.
  • Infaillibilité biblique: La position la moins radicale. Il soutient que la Bible est une source infaillible concernant les questions de Foi et la rédemption, mais pas sur des questions de science et l'histoire . Ces personnes peuvent être disposées à accepter des faits scientifiques comme évolution comme vrai.

L'interprétation réelle de ces questions dépend en outre des différentes dénominations et théologique écoles de pensée.


Autres vues

Ils font l'erreur de lier leur croyance en la foi, en leur religion, à des principes factuels réels. Ce ne sont pas des histoires factuelles à prendre comme des événements historiques, ce sont vraiment des histoires sur la façon dontnousdevrait vivrenotredes vies. Ce sont des homélies morales. Ce qui peutPersonnellement, jesortir de la Bible pourje,aujourd'hui.C'estde quoi parlent ces histoires. Et les prendre à la lettre, c'est; tu es manquer le point de la Bible!
- Michael Shermer

De nombreux groupes chrétiens, comme le église catholique , soutiennent que la Bible est infaillible dans ses enseignements spirituels et moraux, mais peut être inexacte en ce qui concerne l'histoire. Contrairement à cette position, les littéralistes bibliques soutiennent que la Bible rapporte la véritable histoire depuis la Genèse.



Certains chrétiens soutiendraient que c'est un fait nécessaire de la vie que douter de sa propre religion et de toutes les choses apprises de sa famille est le pas le plus important que l'on puisse faire pour vivre la vie d'un chrétien modèle.


De nombreux chrétiens éduqués qui ne croient pas au littéralisme biblique soutiendraient qu'interpréter la Bible littéralement, et donc donner les tendances génocidaires de la L'Ancien Testament la priorité sur l'amour et la compassion de Jésus Christ dans le Nouveau Testament , est fondamentalement faux. Certains iraient même plus loin en disant que le centre de la foi devrait être Jésus-Christ, tel qu'illuminé par la Bible. Faire de la Bible le centre de sa foi, plutôt que Jésus et ses commandements d'aimer et de prendre soin de l'humanité, est donc un forme d'idolâtrie , et profondément pécheur.

Les problèmes abondent

C'est une narration mythique et rien de plus. Plus nous en apprenons sur l'archéologie et l'histoire à l'époque biblique, plus nous nous rendons compte que la plupart des choses dans la Bible sont de la fiction.
- Michael Shermer
Oui, un âne a parlé, prenez-le littéralement ou allez directement à l'enfer.

L'inerrance biblique pose de nombreux problèmes.


Science

Voir les principaux articles sur ce sujet: Preuve contre une création récente , Les branches de la science que vous devez ignorer pour croire au créationnisme de la jeune Terre , et Erreurs scientifiques bibliques

Le premier et le plus évident problème de l'inerrance biblique est que la science l'a complètement et complètement falsifiée là où elle fait des déclarations sur le monde naturel. Nous savons maintenant que la terre estloinplus de 6000 ans, que les nombreuses espèces de vie se sont lentement développées grâce aux mécanismes de évolution , et que les esprits et les sorciers familiers - auxquels la Bible se réfère comme s'ils étaient réels - n'ont aucune influence sur le monde.

Cependant, les inerrantistes bibliques n'ont pas reçu ce mémo et ont envoyé des groupes de soi-disant scientifiques de la création gifler un 'scientifique' placage sur l'inerrance sur la Bible et contester sans fondement l'intégrité des scientifiques réels.

Non-historicité

Voir l'article principal sur ce sujet: Pseudoarchéologie § Archéologie biblique
Et qui est assez insensé pour supposer que Dieu, à la manière d'un laboureur, a planté un paradis en Eden, vers l'est, et y a placé un arbre de vie, visible et palpable, de sorte que l'on goûte le fruit par le les dents corporelles ont-elles obtenu la vie? et encore, celui-là participait au bien et au mal en mastiquant ce qui était pris de l'arbre? Et si on dit que Dieu marche dans le paradis le soir, et Adam se cache sous un arbre, je ne suppose pas que personne ne doute que ces choses indiquent au sens figuré certains mystères, l'histoire ayant eu lieu en apparence, et non littéralement.
- Origine , père de l'église primitive

Voici un morceau de révisionnisme historique . Les littéralistes bibliques insistent sur une interprétation littérale de la Genèse: «Genèse 1-11 est factuelle». Pourtant, un certain nombre de Pères de l'Église , y compris Saint Augustin , ont été enregistrés commene pasinterpréter la Genèse littéralement, et les chrétiens orthodoxes étaient apparemment libres de ne pas être d'accord sur la question. Si le littéralisme biblique avait été si `` intégral '' à l'Église à ces premiers jours, le corps des fidèles justes aurait qualifié ces hommes d'hérétiques, au lieu de les commémorer comme des Pères de l'Église etcanoniserla plupart d'entre eux. Pas même les réformateurs a pris la Bible au sens le plus littéral du terme; certain calviniste les écrivains ont utilisé une méthode allégorique d'interprétation.

Les défenseurs de la Bible en tant que littéral l'histoire -livre peut négliger l'actualité de l'écriture de l'histoire dans l'antiquité. L'histoire telle qu'elle est comprise au 21e siècle - comprenant des récits vérifiables d'événements analysés et interprétés avec équilibre et prudence - n'existait guère avant le XVIIIe siècle. D'autre part, l'écriture d'histoire ancienne comprenait en grande partie:


  • Croyez-le ou non contes de voyageurs (comme ceux de Hérodote )
  • des concoctions littéraires moralisantes (comme celles de polybe ou de suétone )
  • hagiographique biographie (comme la vie de Alexandre ou de Agricole )
  • mythes et Légende s (comme ceux de Homère ou de Livy )

En tant que produit de l'époque antique, l '`` histoire' 'dans les textes bibliques (par opposition à (par exemple) lois et prophéties ) ressemble largement à:

Tout cela fait partie du genre d'histoire littéraire, mais peu d'histoire littérale.

Position biblique

Ce qui s'est toujours produit (jusqu'à présent), c'est que lorsque la science a affirmé quelque chose d'incohérent avec la doctrine religieuse, la doctrine a finalement changé. Il n'arrive pas qu'une méthode d'enquête religieuse soit entreprise pour résoudre le problème; au lieu de cela, il y a un processus de réinterprétation. Alors que l'Église catholique primitive croyait que le géocentrisme était essentiel à la doctrine chrétienne, maintenant l'Église [C] a trouvé un moyen d'interpréter ses Écritures de manière moins littérale. Il est à espérer que l'idée d'une création littérale de six jours est également en voie de disparition (comme la plupart des branches du christianisme l'ont déjà décidé).
—Mark Owen Webb

La Bible ne se réfère pas à elle-même comme une unité, et ne pourrait pas non plus le faire, puisque ses livres les plus récents datent de générations avant que certains conseils d'églises se réunissent et vannent le canon des Écritures. La Bible se rapproche le plus de l'auto-référence et des allégations d'inerrance est, par exemple, 2 Timothée 3: 16-17 , qui lit'Toute Écriture est expirée par Dieu et utile pour l'enseignement, la réprimande, la correction et la formation à la justice, afin que l'homme de Dieu soit compétent, équipé pour toute bonne œuvre'(ESV). Notez, premièrement, que «l'Écriture» dans ce passage se réfère, tout au plus, à l'ancien canon juif, et deuxièmement, qu'elle ne dit rien d'inerrance ou de concept similaire. Passer de «expiré par Dieu» à «sans erreur dans un seul détail» est un saut logique fait à une époque relativement récente. Si une divinité omnipotente avait voulu établir une doctrine d'inerrance, le passage de 2 Timothée ci-dessus aurait facilement pu indiquer que`` Les Écritures sont sans erreur et doivent être considérées comme pleinement exactes dans chaque détail historique '', plutôt que de faire une déclaration générale sur le fait que l'Écriture (quelle que soit sa définition) est «profitable» ou «utile».

De plus, l'expression «parole de Dieu» en référence à la Bible est un concept récent et extra-biblique. 'Parole de Dieu' apparaît dans le Évangile de Jean où il se réfère à Dieu ou à Jésus, et non à la Bible ou à un canon d'Écritures préalablement compilé.

Saint Paul (qui a eu une expérience directe de l'écriture de textes sacrés inspirés) déclare: `` la lettre tue, mais l'esprit donne la vie '' ( 2 Corinthiens 3: 6 ). Devrions-nous prendre cette déclaration biblique à la lettre? - Le plaidoyer des littéralistes bibliques de la «lettre» de l'Écriture a un effet effrayant, alors qu'un peu d'interprétation métaphorique inspirée anime les choses. Cue l'herméneutique de Origine .

Réclamation biblique du potentiel d'erreur

Voir l'article principal sur ce sujet: Contradictions bibliques
L'autorité de l'Écriture est inévitablement affaiblie si cette inerrance divine totale est de quelque manière que ce soit limitée ou ignorée, ou rendue relative à une vision de la vérité contraire à celle de la Bible.

NOUS AFFIRMER que la doctrine de l'inerrance a fait partie intégrante de la foi de l'Église tout au long de son histoire.

NOUS NIER cette inerrance est une doctrine inventée par le protestantisme scolastique, ou est une position réactionnaire postulée en réponse à une critique négative plus élevée.
- Déclaration de Chicago sur l'inerrance biblique

Bien qu'il n'y ait aucune suggestion biblique que la Biblecomme il a été révélécontenaient des erreurs, il est explicitement fait mention de la possibilité pour l'homme d'ajouter ou de retirer des paroles de Dieu, ou du moins ses paroles dans le livre de Révélation (voir également au dessus ). Révélation 22: 18-19 lit:

J'avertis tous ceux qui entendent les paroles de la prophétie de ce rouleau: si quelqu'un y ajoute quelque chose, Dieu ajoutera à cette personne les fléaux décrits dans ce rouleau. Et si quelqu'un retire des mots de ce rouleau de prophétie, Dieu enlèvera à cette personne toute part dans l'arbre de vie et dans la ville sainte, qui sont décrits dans ce rouleau.
—NIV

Si ceux-ci font partie du texte original, d'inspiration divine, alors ils indiquent que l'homme pourrait potentiellement modifier la Bible; s'ils ne le sont pas, ils indiquent que l'hommea faitmodifier la Bible à un moment donné.

Notez que pas moins un théologien que Martin Luther préconisé de modifier la Bible en (par exemple) rétrograder le livre de l'Apocalypse du canon. À propos de ça, pasteur Parfois canapé de la Séminaire théologique de Tyndale écrit:

Une autre section, que [Luther] a placée au dos de sa Bible, comprenait les œuvres du Nouveau Testament qui, selon lui, avaient relativement peu de valeur (Hébreux, Jacques, Jude et Apocalypse). En référence à ces quatre livres, Luther a dit: «Ils ont depuis les temps anciens eu une réputation différente» et ne devraient donc pas être inclus dans les «livres principaux vrais et certains du Nouveau Testament». […] En référence à l'Apocalypse, Luther a écrit en 1522 qu'il ne pouvait trouver «aucune trace» de preuves que le livre «avait été écrit par le Saint-Esprit». En d'autres termes, il a rejeté son inspiration divine.

Canon biblique

NOUS REFUSONS que les croyances, conseils ou déclarations de l'Église aient une autorité supérieure ou égale à l'autorité de la Bible.
—Déclaration de Chicago sur l'inerrance biblique

C'est très bien de dire: «La Bible est sans erreur». Mais vient ensuite la question,Qu'est-ce que la Bible? Puisque la Bible est composée de nombreux livres, plutôt que d'une seule unité,lequelles livres sont littéralement vrais, c'est un gros problème. Le canon biblique a été tout sauf fixe. Comme indiqué ci-dessus, à l'ère apostolique, il n'y avait vraiment pas de Bible à proprement parler en dehors de l'ancien canon juif; les disputes importantes sur la canonicité n'ont été réglées que quelques siècles plus tard, et elles n'ont pas été réglées par «la Bible», mais par des conciles œcuméniques.

Puis à la Réforme protestante, sept livres entiers pas dans le hébreu La Bible a été coupée du canon. Martin Luther en couper quatre de plus ( Hébreux , James , Jude et Révélation ) principalement en raison de versets en leur sein qui contredisaient ses vues théologiques.

Qu'est-ce donc que la Bible? Les réformistes avaient-ils raison de couper le deutérocanon? Luther avait-il raison dans ses coupes? Cela semble remettre en question tout le concept de l'inerrance biblique en introduisant un facteur de jugement humain faillible. Si un livre est inclus par erreur dans le canon, les littéralistes sont des hérétiques matériels; si un livre est exclu par erreur, les littéralistes nient l'inerrance d'une partie de la Bible et, par conséquent, le concept d'inerrance biblique devient inutile.

En effet, en tant que père d'église Augustin d'Hippopotame lui-même a conclu sur la question de l'inerrance biblique, dans une lettre à Saint Jerome :

De mon côté j'avoue à votre charité que ce n'est que pour ces livres de l'Écriture qui sont maintenant appelés canoniques que j'ai appris à payer un tel honneur et une telle révérence que je crois fermement qu'aucun de leurs écrivains n'est tombé dans l'erreur. Et si dans ces Livres je rencontre quelque chose qui semble contraire à la vérité, je n'hésiterai pas à conclure soit que le texte est défectueux, soit que le traducteur n'a pas exprimé le sens du passage, ou que je ne comprends pas moi-même.

Les catholiques et les orthodoxes orientaux répondent ainsi à ces questions: il existe un concept de «Sainte Tradition» qui est maintenu au sein de l'Église. La Sainte Tradition est mise à égalité avec la Bible en termes d'autorité, et le canon biblique fait partie de cette tradition.

Cependant, les littéralistes bibliques ont rejeté ce concept de tradition. Comme leDéclaration de Chicagoelle-même dit: «La part de l'Église était de discerner le canon que Dieu avait créé» - et l'Église, de l'aveu même des littéralistes, était parfaitement capable de se tromper sur ce point. Dans un certain sens, créer une Bible errante avec un contenu inerrant.

Vous pouvez en savoir plus sur notre article principal, Apocryphes .

Versets métaphoriques

Je leur parle en paraboles.
- Un gars qui ne savait pas que la Bible devait être prise à la lettre

Certains versets bibliques sontsignifiaitêtre métaphorique; certains ne le sont pas. Comment un littéraliste biblique peut-il distinguer les deux?

Comme cas particulier du problème d'interprétation ci-dessus, il y a un problème pour décider quels versets devaient être pris à la lettre et quels versets ne l'étaient pas. LeDéclaration de Chicagoreconnaît que de nombreuses parties de la Bible ne sont pas destinées à être prises à la lettre: «Une parabole, par exemple, ne doit pas être traitée comme une chronique, et la poésie ne doit pas non plus être interprétée comme s'il s'agissait d'un simple récit».

Mais ce qui doit être lu directement et ce qui doit être lu comme un poème, une allégorie,etc.? Littéralistes (par exemple., Philip J. Rayment de Une réserve de connaissances ) prétendre que il est `` clair '' ou `` évident '' ce qui est censé être pris à la lettre et ce qui ne l'est pas ; dans leDéclaration de Chicagocela se traduit par un soutien à la «critique de genre» ou des tentatives systématiques pour déterminer quels vers appartiennent à quels genres littéraires.

Malheureusement pour les gens qui revendiquent la `` clarté '' ou `` l'évidence '', alors que la critique de genre a fait la lumière sur la question, il y avastedésaccord sur ce qui est littéral et ce qui ne l'est pas. Un exemple est le livre de l'Apocalypse: alors que la plupart des chrétiens, y compris certains littéralistes, considèrent l'Apocalypse comme étant manifestement allégorique et utilisant un `` symbolisme apocalyptique '', d'autres littéralistes propagent Nouvel ordre mondial théories du complot dans lesquelles ils prétendent que l'Antéchrist introduira bientôt une économie sans numéraire, dans laquelle les gens devront payer pour des choses via un implant qui prendra la forme `` d'une marque dans leur main droite, ou sur leur front '' ( Révélation 13:16 ).

Le problème de la délimitation des parties métaphoriques des Écritures par rapport aux parties littérales s'applique à la plupart des religions ayant leurs propres Écritures, et la tendance des apologistes à déplacer les poteaux de but face à ce problème était notamment parodié par Zach Weiner de Céréales pour le petit-déjeuner du samedi matin . Bien qu'il ne fasse pas référence sans ambiguïté à une religion spécifique, il résume bien la question.

Fixité de la Terre

Prenez l'année 1500 AD comme une ligne de division approximative. Avant cette date, personne ne suggérait que les références à la fixité de la Terre et au mouvement du Soleil étaient figuratives. Tout le monde pensait que le Soleil faisait le tour de la Terre quotidiennement, comme le dit la Bible. Après un peu période de transition tumultueuse , au cours de laquelle ceux qui pensaient qu'il s'agissait peut-être d'un langage figuratif dans la Bible avaient souvent du mal à le suggérer, il s'avère que presque tout le monde - sauf pour géocentristes modernes - convient que la Terre est une planète et que le langage biblique n'est, après tout, pas littéral. Il peut en effet avoir été conçu comme figuratif, mais il est difficile de soutenir qu'il est `` clair '' ou `` évident '' siTout le monde, pendant 2000 ans ou plus (depuis les premiers lecteurs bibliques en 500 avant JC ou avant jusqu'à 1500 après JC, sans parler des géocentristes modernes d'aujourd'hui), pensait que c'était littéral.

HolySpiritDidIt?

NOUS AFFIRMONS qu'une personne ne dépend pas, pour comprendre les Écritures, de l'expertise des érudits bibliques. NOUS REFUSONS qu'une personne devrait ignorer les fruits de l'étude technique des Écritures par les érudits bibliques.

Norman L. Geisler, l'un des signataires de laDéclaration de Chicago sur l'herméneutique biblique, expose la position ci-dessus comme suit, révélant qu'elle a une base politique plutôt que doctrinale, un peu comme la raison d'être de la Projet biblique conservateur (avec des citations effrayantes autourexperts):«On ne dépend pas des« experts »bibliques pour sa compréhension des vérités fondamentales de l'Écriture… Car si la compréhension des laïcs dépend de l'enseignement d'experts, alors les experts en interprétation protestants auront remplacé le magistère d'enseignement des prêtres catholiques par un sorte de magistère d'enseignement des érudits protestants.Dans cet esprit, il y a au moins deux problèmes avec cette idée.

Premièrement, si l'on regarde cela à partir d'une sorte de perspective rationnelle, on peut voir quecoursle profane a besoin de l'aide d'experts pour comprendre la Bible; si quelqu'un vient de prendre un exemplaire de la Bible qu'il a trouvé dans le désert et de le lire d'un bout à l'autre (ce que peu de gens feront, et certains ne peuvent pas faire) les positions doctrinales actuelles sont le produit de deux millénaires de pensée théologique, qui le lecteur isolé de la Bible ne pouvait pas reproduire dans sa propre tête, admettant même que la plus grande partie de cette théologie se fonde uniquement sur la Bible. Ce n'est pas le cas: il faut au moins avoir une certaine expérience de la philosophie occidentale et de l'histoire de l'époque pour faire cela correctement.

Certains littéralistes bibliques répondront à de telles critiques en disant ' HolySpiritDidIt ': on dit que le Saint-Esprit comble les lacunes pour permettre à toute personne de comprendre la Bible. LeDéclaration de Chicagoencadre cela comme,«Le Saint-Esprit, auteur divin de l'Écriture, à la fois nous l'authentifie par son témoignage intérieur et nous ouvre l'esprit pour comprendre sa signification.Cependant, la Bible elle-même est le moyen ultime de soutenir de telles affirmations, introduisant un élément de circularité : il faut encore des experts pour lui dire que 'HolySpiritDidIt.'

Cependant, même si HolySpiritDidIt, il y a un deuxième problème avec cette position, au moins en ce qui concerne l'Ancien Testament: historiquement,personneinterprété la Bible indépendamment d'un corps d'experts. Avant l'époque de Jésus, les Juifs maintenaient une grande partie de leur loi religieuse dans une tradition orale de commentaires qui n'était codifiée dans le Talmud que plusieurs siècles après la mort de Jésus en réponse à la destruction du Second Temple. Au temps de Jésus, les scribes et Pharisiens 'étaient chargés de débattre et d'enseigner la loi au peuple, et bien que Jésus ait dénoncé l'hypocrisie de ces experts, il a reconnu ( Matthieu 23: 3 ) qu'ils ont enseigné le droit correctement. De l'âge apostolique jusqu'à la Réforme protestante, de même, dans le catholicisme et l'orthodoxie orientale, il y avait des conciles œcuméniques pour régler les différends théologiques et une idée de la «Sainte Tradition» dans l'Église, indépendamment de la Bible.

Il y a un troisième point (quoique légèrement plus faible) à faire: suggérer que le Saint-Esprit est nécessaire pour comprendre la Bible semble impliquer que la Bible estne paslittéralement vrai après tout. Au lieu de cela, cela signifierait que le composite de ce qui est dans la Bible et de ce que le Saint-Esprit vous fait comprendre est littéralement vrai en tant qu'unité combinée. Mais bien sûr, puisque le Saint-Esprit parle aux individus (par opposition à une émission mondiale), il nous reste ce qui équivaut à une interprétation individuelle de la Bible, ou à tout le moins à une erreur de l'homoncule .

`` Auto-interprétation '' problématique

Voir l'article principal sur ce sujet: Contradictions bibliques
NOUS AFFIRMONS que le texte de l'Écriture doit être interprété par un grammatico-historique exégèse , en tenant compte de ses formes et dispositifs littéraires, et que l'Écriture doit interpréter l'Écriture. NOUS AFFIRMONS que le sens exprimé dans chaque texte biblique est unique, défini et fixe.
—Déclaration de Chicago sur l'inerrance biblique
La même Bible - qui, selon les biblistes, est claire et harmonieuse - donne lieu à des compréhensions divergentes parmi des lecteurs intelligents, sincères et engagés sur ce qu'elle dit sur la plupart des sujets d'intérêt. La connaissance des enseignements `` bibliques '', en bref, se caractérise parpluralisme interprétatif omniprésent. … Dans un sens crucial, peu importe que la Bible soit tout ce que les biblistes prétendent théoriquement concernant son autorité, son infaillibilité, sa cohérence intérieure, sa perspicacité, etc., car dans son fonctionnement réel, la Bible produit un pluralisme d'interprétations.
—Christian Smith

Conformément à l'objection politique des littéralistes bibliques à l'idée que les experts sontavait besoinpour interpréter la Bible, ils soutiennent que la Bible n'a qu'une seule interprétation correcte et que cette interprétation va de soi. Comparez ce point de vue avec la méthodologie plus flexible de critique plus élevée , qui cherche à comprendre les Écritures dans le contexte historique de leur signification originale pour l'auteur et les destinataires, plutôt que de traiter les Écritures comme divinement inspirées et incapables d'erreur. Là où les littéralistes traitent les Écritures comme une révélation, les érudits employant des critiques plus élevées visent à les traiter comme un document historique.

L'analyse de la Bible dans ses langues d'origine et la prise en compte du contexte historique peut conduire à des lectures littérales qui diffèrent de ce qui est «évident» dans le texte. Par exemple, les `` Passages Clobber '' (tels que 1 Corinthiens 6: 9-11 ) sont souvent cités comme preuve de l'absolu et durable de la Bible intolérance à l'homosexualité . Dans la plupart des traductions anglaises, ces passages ne laissent aucune place à la flexibilité ou à l'interprétation métaphorique, d'où leur utilisation par les littéralistes bibliques pour `` écraser '' les personnes ouvertement queer qui osent croire qu'elles ont été créées à l'image de Dieu (selon Genèse 1:27 ).

Cependant, le concept moderne d'orientation sexuelle n'existait pas à l'époque biblique, et une lecture littérale des passages de Clobber dans l'Ancien Testament leur montre qu'ils condamnent les homosexuels.actescomme comportement rituellement impur (en utilisant le même mot hébreu,to'ebah, qui dénigre les tissus mixtes et femmes menstruées ). Dans le Nouveau Testament, Paul condamne sexe gay comme une forme d'idolâtrie (Romains 1) comme il était alors associé au temple païen la prostitution . Au lieu d'utiliser le mot grec commun pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (paiderasste) il utilise le néologismearsenokoitai, qui a été interprété au fil des siècles comme quoi que ce soit d'un délinquant sexuel à un homme prostitué en passant par masturbateur .

Les littéralistes bibliques qui étendent ces passages pour condamner les bizarre les identités et les relations (qui ne sont pas décrites dans la Bible) optent en réalité pour une interprétation non littérale des textes.

La Bible elle-même n'est pas d'accord avec toute approche rigide pour l'interpréter selon une signification littérale «évidente».

Genèse 16-17 raconte l'histoire d'un triangle amoureux entre Abraham , sa femme Sarah et sa servante Hagar. Sarah semble stérile et dit à Abraham d'avoir un enfant avec Agar, ce qu'il fait. Quelques années plus tard, Dieu fait une alliance avec Abraham en échange, entre autres, d'un enfant avec Sarah.

Dans Galates 4, Saint Paul attribue une toute nouvelle interprétation allégorique ou figurative à cette histoire pour aller de pair avec la littérale: le fils d'Agar, Ismaël, représente les non-chrétiens esclaves de la loi mosaïque, tandis que le fils de Sarah, Isaac, représente les chrétiens libérés de la loi. par la nouvelle alliance. Ainsi, selon la Bible elle-même, au moins certaines parties de celle-ci peuvent être interprétées de manière non évidente non voulue par leurs auteurs originaux.

Fr. John Whiteford, un évangélique qui s'est converti à l'orthodoxie orientale, avait ceci à dire à propos de l'idée que `` l'Écriture est d'interpréter l'Écriture '':

Les protestants qui sont prêts à évaluer honnêtement l'état actuel du monde protestant, doivent se demander pourquoi, si le protestantisme et son enseignement fondamental de Sola Scriptura sont de Dieu, cela a-t-il abouti à plus de vingt mille groupes différents qui ne peuvent s'entendre sur aspects de ce que dit la Bible, ou ce que signifie même être chrétien? Pourquoi (si la Bible suffit en dehors de la Sainte Tradition) Baptiste , à témoin de Jehovah , à Charismatique , et un méthodiste tous prétendent croire ce que dit la Bible et pourtant aucun d'entre eux n'est d'accord avec ce que dit la Bible?

Quelles règles?

Cette affaire ne concerne pas qui est ou n'est pas un fondamentaliste . Il s'agit de personnes qui se cachent derrière une prétention de lire la Bible littéralement, ce que personne ne fait de toute façon. Un bon exemple peut être trouvé parmi ceux qui prétendent suivre chaque mot de la Bible et utilisent cette prétention pour expliquer leur rejet de homosexualité et la sorcellerie , mais je n'ai aucun problème à violer les interdictions tout aussi bibliques porc ou cuisiner sur le sabbat . Bien sûr, ils indiqueront une nouvelle écriture qui étend l'interdiction sur les deux premiers et les libère du deuxième ensemble de proscriptions. Mais c'est un mouvement interprétatif et cela signifie qu'ils ne sont plus littéralistes [.]
—Brad Hirschfield

La Bible a un grand nombre de règles, beaucoup contradictoires. La seule façon de savoirlequelceux à suivre (ne pas manger de porc, tuer des homosexuels) est deinterpréterla Bible. Cela signifie que les gens vont au-delà du simple littéralisme et entrent dans le champ de la critique biblique.

Guerre théologique

Dans le meilleur des traditions de conflits interchrétiens intestins , Épiscopal Évêque émérite John Shelby Spong plaide en faveur du rejet des littéralistes bibliques comme hérétiques .

Revendications du littéralisme biblique

De nombreuses organisations chrétiennes prétendent prendre la Bible au pied de la lettre, bien que Réponses dans la Genèse reformule «littéralement» commede manière simple ou directe. Mais cette affirmation ne peut bien sûr être vraie dans tous les cas, car en ce qui concerne les passages bibliques que les réponses de la Genèse lisent dans undirectemanière, ils sont très pointilleux. Qui pourrait même les imaginer en train de prendre Jérémie 17:10 , Psaumes 139: 23 , et Romains 8:27 au sens propre? Les trois versets, lus clairement, impliquent que Dieu doit chercher dans le cœur des hommes pour les connaître. Fondamentalement, le Dieu biblique n'est pas omniscient , bien que tout conservateur La mère chrétienne aimerait que son fils pense cela (pour l'empêcher de se masturber ).

La même affirmation fallacieuse apparaît à la J'ai des questions site Web, un adversaire de tout datation au carbone à l'homme / chimpanzé GOUTTE preuve de l'ascendance commune à tous les primates. Ils interprètent Jacob le combat avec Yahvé comme une sorte d'allégorie connerie destiné à rappeler aux chrétiens quebien que nous puissions combattre Dieu et sa volonté pour nous, en vérité, Dieu est tellement bon. En tant que croyants en Christ, nous pouvons très bien lutter avec lui dans la solitude de la nuit, mais à l'aube, sa bénédiction viendra.Oui, le chapitre 32 de Genèse est en fait mieux interprété comme un vestige de la source yahwiste, décrivant Yahweh comme une figure anthropomorphique à la fois physiquement ( Genèse 3: 8 , Genèse 11: 5 , Exode 17: 7 ), ou mentalement (comme quand Abraham négocie avec Yahvé pour le sort de Sodome et Gomorrhe, ou quand, pendant l'Exode , Yahvé, irrité par le manque de foi des Israélites, menace de tous les détruire et d'élever les descendants de Moïse à la place, mais «céda et n'apporta pas à son peuple le désastre qu'il avait menacé» lorsqu'il fut dissuadé par Moïse). Le chapitre trente-deux de la Genèse, s'il en est, est exactement ce à quoi il ressemble: une histoire sur le combat acharné de Yahweh avec Jacob.

Conséquences

Accepter sans conteste la Bible ou une grande partie de celle-ci peut avoir des effets néfastes.

Alors que ce ne réfute pas le littéralisme biblique , cela en fait une très mauvaise politique publique.

Guérison par la foi

Voir l'article principal sur ce sujet: Guérison par la foi

De nombreux enfants sont morts parce que leur Foi communauté croyait prière plutôt que la médecine, c'est ce que la Bible enseigne littéralement.

Par exemple, l'Église du Premier Né cite Jacques 5:14 :

Si quelqu'un est malade, appelez les anciens de l'église, laissez-les prier sur lui, en l'oindre d'huile au nom du Seigneur.

Cette communauté rejette la médecine moderne mais accepte les ordinateurs et Internet.

Une foi inconditionnelle

Les gens qui adhèrent au littéralisme ne remettent pas en question leur religion, tendant vers une acceptation simpliste de ce qu'on leur dit. Bien que souvent les littéralistes prétendent avoir lu la Bible, il est clair, après avoir été interrogé, qu'ils ont rarement réfléchi aux diverses positions qui y sont présentées, y compris une myriade d'incohérences ou des preuves que leur Dieu est capricieux et violent. Pour occuper une telle position, il faut soit un QI , un manque d'éducation ou une dépendance trop développée dissonance cognitive .

Une des raisons du littéralisme biblique est le besoin de cohérence pour protéger les idées qui sont au cœur d'une idéologie religieuse. Par exemple, si l'on prend l'histoire de Genèse comme étant allégorique, alors qu'est-ce qui empêche cette personne de prendre les paroles de Jésus et le Dix Commandements comme étant allégorique, et non la parole directe de Dieu? Les gens qui pensent de cette façon ont également tendance à être ceux qui essaient de trouver un seul défaut dans les théories scientifiques telles que l'évolution et déclarent que le seul défaut invalide l'ensemble du système (ce qui est une pure erreur du talon d'Achille).

Nécessaire pour le salut?

LeDéclaration de Chicagoadmet que la croyance en l'inerrance biblique ne doit pas être élevée au niveau d'une croyance: «NOUS REFUSONS qu'une telle confession [d'inerrance biblique] soit nécessaire au salut».

Cependant, la déclaration se contredit aussi apparemment en impliquant fortement que ceux qui ne l'avouent pas sontne passauvé: 'La déclaration suivante affirme à nouveau cette inerrance de l'Écriture, en clarifiant notre compréhension et en mettant en garde contre son déni. Nous sommes persuadés que le nier, c'est mettre de côté le témoignage de Jésus-Christ et du Saint-Esprit et de refuser cette soumission aux affirmations de la propre Parole de Dieu qui marque la vraie foi chrétienne.

Les littéralistes bibliques ont clairement indiqué, à la fois en paroles et en actions, qu'ils n'ont aucun problème avec l'idée que ceux qui rejettent le littéralisme vont enfer , et que tout aveu qu'ils font autrement est un discours du bout des lèvres à l'orthodoxie qu'ils n'acceptent pas réellement.

Incrédulité en évolution

Les auteurs de la déclaration de Chicago se sont mis en quatre pour dénigrer évolution en disant:

NOUS AFFIRMONS que Genèse 1-11 est factuelle, tout comme le reste du livre.