Traduction de la Bible

Lecture légère de l'âge du fer
La Bible
Icône bible.svg
Gabbin 'avec Dieu
Analyse
Courtiser
Les figures
Le fait impressionnant demeure que toutes les religions ont fermement résisté à toute tentative de traduire leurs textes sacrés en langues «compris du peuple», comme le dit le livre de prières de Cranmer. Il n'y aurait pas eu de Réforme protestante sans la longue lutte pour que la Bible soit transformée en «Vulgate» et le monopole sacerdotal donc rompu. Des hommes pieux comme Wycliffe, Coverdale et Tyndale ont été brûlés vifs pour avoir même tenté les premières traductions. L'Église catholique ne s'est jamais remise de son abandon de la mystification Latin rituel, et le courant protestant a énormément souffert de la traduction de ses propres Bibles dans un discours plus quotidien. Certaines sectes juives mystiques insistent encore sur hébreu et jouer à des jeux de mots kabbalistiques même avec les espaces entre les lettres, mais chez la plupart des Juifs aussi, les rituels supposés immuables de l'Antiquité ont été abandonnés. Le charme de la classe cléricale a été rompu.
- Christopher Hitchens , Dieu n'est pas grand: comment la religion empoisonne tout

Exact Traduction de la Bible est crucial pour comprendre ce que dit cette Bible et, inversement, ce qu'elle ne dit pas. La traduction de la Bible consiste à prendre des recueils de textes que différents groupes religieux jugent faisant autorité et / ou `` canoniques '' (un mot utilisé pour la première fois par les savants de l'ancienne Alexandrie pour définir ce qu'ils considéraient comme des œuvres littéraires classiques), mais qui ont été composés dans différentes langues cultures et époques, puis tenter de les recréer dans ses propres langues, cultures et époques. Malheureusement, il s'agit d'un processus compliqué et les résultats varient considérablement.


Il existe un certain nombre de problèmes liés à la création d'une traduction précise, tels que:

Problèmes de texte

  • Matériel source différent
  • Corruption du matériel source
  • Changement de langue

Problèmes de lecteur

  • Les langues fonctionnent différemment
  • Décider subjectivement ce qui est inclus / exclu ou ce qui compte
  • Combler les lacunes textuelles
  • Utilisation du texte source pour influencer le contexte actuel
  • Différents niveaux de connaissances littéraires et / ou linguistiques

Problèmes de contexte


  • Changement culturel - ignorance du contexte historique du texte source et / ou de la façon dont il a été compris en son temps
  • Enracinement historique - enclin à insérer son propre contexte dans celui de l'autre

Ils disent 'le diable est dans les détails '', et cela n'est nulle part plus évident que dans l'étude de la Bible tel que traduit en anglais. Est-ce «Tu ne tueras pas» ou «Tu ne commettras pas de meurtre»? Un «sodomite» est-il la même chose qu'un «prostitué masculin» et sont-ils tous les deux «homosexuels»?



Contenu

Les méthodes

Les méthodes utilisées pour la traduction de la Bible sont les suivantes:


  • Equivalence dynamique et formelle : L'équivalence dynamique traduit le sens de chaque phrase avant de passer à la suivante; l'équivalence formelle utilise une traduction plus littérale, mot par mot.
  • Théorie de Skopos : Fournit une stratégie de traduction «ciblée» axée sur les connaissances du public cible.

Les sources

Beaucoup de gens ont la vague impression que «l'original grec / hébreu» est une sorte de document monolithique, peut-être même assis dans un coffre-fort quelque part pour être consulté lorsque vous voulez commencer un nouveau travail de traduction. Ce n'est pas du tout le cas.

En conséquence, l'une des principales différences entre les traductions est le choix de la source originale. En règle générale, les églises orthodoxes ont tendance à favoriser la Septante pour la L'Ancien Testament (OT), le une église catholique romaine préféré la Vulgate jusqu'à récemment, conservatrice protestant confessions préfèrent les manuscrits byzantins (en particulier lesHort) pour le Nouveau Testament (NT) et les chercheurs littéraires bibliques ont tendance à aller avec les manuscrits vérifiables les plus anciens, favorisant les manuscrits de type alexandrin pour le NT et travaillant à partir d'un mélange de sources massorétiques, Qumrân et Septante pour l'OT.


Des situations similaires existent du côté hébreu; alors que la plupart des traductions modernes (au moins pour les églises occidentales) proviennent des textes massorétiques juifs, d'autres traditions textuelles existaient dans le monde hellénique (la Septante), le monde samaritain et en Afrique de l'Est - le seul texte intégral existant du Livre des Jubilés est la traduction en Ge'ez, la langue liturgique de l'Église orthodoxe éthiopienne.

La Torah et les Écritures juives

L'histoire racontée dans les synagogues au sujet de la Torah en fait une copie exacte du texte écrit par Moïse il y a environ 3200 ans - soigneusement copiée pour qu'il n'y ait aucune erreur du tout. Malheureusement, la découverte du Rouleaux de la mer Morte scotché cette légende urbaine. Non seulement des erreurs mineures ont été introduites depuis la rédaction des manuscrits de la mer Morte, mais des différences majeures existent entre les livres des deux époques. De plus, le soin apporté à copier les rouleaux de la Torah ne s'appliquait pas également aux autres écrits juifs. Des copies de ceux-ci peuvent être aussi différentes que la «rumeur» de la «source» dans tout événement médiatique.

La première `` traduction de la Bible '' date du troisième siècle avant notre ère: la Septante , une traduction de l'Ancien Testament dans le grec Koine familier parlé en Palestine suite aux invasions d'Alexandre le Grand. La Septante a obtenu son nom (signifiant `` Les soixante-dix '') beaucoup plus tard (à l'époque de Josèphe; 50 CE-ish) basé sur la légende populaire selon laquelle elle a été produite par soixante-douze érudits juifs (et arrondi le nombre). Il est souvent abrégé en chiffres latins en tant que tel ( 70 ). En termes d'histoire de la religion, la Septante est sans précédent, étant une traduction de Holy Writ dans une `` langue vulgaire '' avec l'approbation du clérisie et atteignant une grande popularité bien avant que la plupart des autres religions ne permettent la traduction de leurs textes. . La creatproduction de la Septante a également involontairement abouti au premier Canon biblique , le contenu précis de la Bible hébraïque n'ayant pas encore été entièrement finalisé. Cela inclut le Apocryphes , bien que leur inclusion soit controversée. La Septante aujourd'hui intéresse surtout les chrétiens, car c'est la version couramment citée par les écrivains évangéliques, par l'apôtre Paul et, en théorie, par Jésus lui-même.

Les traducteurs juifs modernes se tournent souvent vers la Septante pour savoir comment les subtilités de l'hébreu original ont été comprises historiquement. C'est probablement la principale source de la dernière Vulgate , bien que Jérôme ait affirmé avoir traduit de l'hébreu.


Le texte et diffuse

La plupart des traductions modernes sont basées sur des textes tels que le Textus Receptus (une édition du Nouveau Testament grec basée sur des manuscrits byzantins et publiée par Desiderius Erasmus en 1516) ou sur le texte de Westcott-Hort de 1881. Les manuscrits «originaux» que ces textes sont basés sur la décomposition en plusieurs «types de texte» basés sur diverses lignes de transmission du matériel original.

Les universitaires font une distinction importante entre lesversions ancienneset médiéval-modernetraductions. Traductions anciennes de la Bible à partir des langues originales - le Septante , le Peshitta , le vieux anglais , le Vulgate , etc. - représentent potentiellement des traditions manuscrites qui ne nous sont plus disponibles et nous donnent des informations utiles sur la manière dont le texte a été compris à une époque plus proche de l'époque de sa paternité originale. En revanche, les traductions ultérieures, telles que la KJV, nous en disent peu sur le texte original, mais leur étude peut fournir beaucoup d'informations utiles sur la façon dont le texte a été compris dans les périodes ultérieures, et sur l'évolution de ces langues dans lesquelles la Bible a été traduite. .

La Septante était la traduction la plus ancienne, mais pas la seule, de l'Ancien Testament en grec. La Septante était à certains endroits une traduction moins que littérale de l'hébreu - en particulier, des passages sur Dieu étaient souvent traduits pour rendre la langue moins anthropomorphique que l'original, car la pensée grecque de cette période avait un dégoût particulier pour l'anthropomorphisme - et en outre , il a été fait à partir d'un texte hébreu qui était différent par endroits de celui adopté plus tard par les Juifs comme texte hébreu officiel. En conséquence, les cultures judéo-chrétiennes ont rapidement ressenti le besoin d'une traduction plus précise de l'hébreu, et ainsi la Septante avait un certain nombre de successeurs - qui étaient soit des révisions de la LXX pour la rendre plus d'accord avec l'hébreu, soit traductions - ces traductions grecques successives comprennent celle de Lucien, celle de Théodotion, celle d'Aquila et celle de Symmaque.

Il existe des preuves de l'existence d'un certain nombre de traditions textuelles hébraïques distinctes mais liées. Le texte hébreu principal qui survit est le texte massorétique. Cependant, il y a aussi des survivants dans des parties hébraïques de la Bible dans les manuscrits de la mer Morte. Il y a aussi l'hébreu du Pentateuque Samaritain (et Hexateuque, puisque les Samaritains acceptent aussi Joshua ). Le texte samaritain varie en un certain nombre d'endroits du texte massorétique - dans certains de ces endroits, il semble clair qu'il a été modifié pour des raisons sectaires, pour convenir aux croyances des Samaritains; mais dans d'autres cas, il peut représenter une tradition textuelle hébraïque alternative qui peut avoir été acceptée par certains Juifs également. Le grec de la Septante montre des preuves dans certaines parties d'avoir été traduit à partir d'un texte hébreu quelque peu différent du texte massorétique. Les endroits où la Septante semble être d'accord avec les manuscrits de la mer Morte ou le Pentateuque samaritain contre le texte massorétique présentent un intérêt particulier pour les savants.

Les opinions divergent quant à la tradition textuelle à privilégier. Les bourses d'études juives orthodoxes et protestantes conservatrices préfèrent le texte massorétique, tendant à le considérer comme plus précis que les autres traditions textuelles hébraïques. Les érudits libéraux et les érudits catholiques et orthodoxes orientaux sont plus prêts à accepter l'idée que, dans certains passages, la Septante, les textes samaritains ou les manuscrits de la mer Morte peuvent refléter plus fidèlement l'original que le texte massorétique.

À l'époque de Jésus, l'hébreu avait cessé d'être la langue de tous les jours des Juifs de Palestine - il avait été remplacé par l'araméen. L'utilisation de l'hébreu était largement limitée aux Écritures et aux cérémonies religieuses. En conséquence, les Juifs ont ressenti le besoin d'une traduction de l'hébreu en araméen. Le résultat a été les Targums, dont il existe plusieurs versions. Celles-ci étaient souvent plus à la manière de paraphrases que de traductions littérales; ils n'hésitent pas à ajouter au texte des détails supplémentaires tirés des traditions juives, des légendes ou du folklore. De nombreux chrétiens parlaient également l'araméen; ils ont bientôt développé leur propre dialecte distinct de l'araméen, qui est connu sous le nom de syriaque. Leur traduction de la Bible en syriaque est connue sous le nom de Peshitta - elle a un certain degré de similitude avec les Targums, mais dans l'ensemble a tendance à être beaucoup plus littérale - et bien sûr, elle inclut également le Nouveau Testament.

La langue du NT est le grec, et plus précisément le grec Koine, qui était la langue commune qui s'est développée dans l'Empire romain d'Orient (et avant cela, l'Empire d'Alexandre le Grand et ses États successeurs hellénistiques.)

Il existe un certain nombre de traditions manuscrites différentes du Nouveau Testament grec que les érudits ont identifiées. Les trois groupes principaux sont l'Occidental, l'Alexandrin et le Byzantin. Les premières traductions du NT en anglais étaient basées sur le Textus Receptus, qui dans l'ensemble représente la tradition byzantine. Cependant, les manuscrits les plus anciens que nous ayons du NT (voir ci-dessous) ont tendance à représenter le type de texte alexandrin à la place, et cela constitue la base de nombreuses traductions plus récentes. De nombreux érudits conservateurs préfèrent le type de texte byzantin, estimant qu'il est le mieux conservé; d'autres savants conservateurs, et la plupart des érudits libéraux, croient en l'utilisation d'une combinaison des trois traditions, mais ont tendance dans l'ensemble à préférer l'Alexandrin. Le type de texte occidental a le moins de défenseurs, ayant dans certaines parties (en particulier les Actes) des divergences significatives avec l'Alexandrin ou le Byzantin. La version occidentale des Actes ajoute une quantité importante de texte à ce qui est présent dans les versions alexandrine ou byzantine - bien que ce qu'elle ajoute soit de peu d'importance, étant juste des extensions sur ce qui est déjà présent. En conséquence, la plupart des chercheurs pensent que la version occidentale est plus tardive, contenant des extensions par des scribes plus tardifs pour plus de clarté; cependant, une minorité d'érudits croient que la version occidentale des Actes était l'original, et les versions alexandrine et byzantine représentent des condensations.

Il est important de noter que, malgré les nombreuses variantes entre les différents manuscrits du NT, très peu d'entre eux ont une importance quelconque - il s'agit principalement de différences d'orthographe, ou de l'ajout, la suppression ou la substitution d'un seul mot. Ces différences font très rarement une différence sur la doctrine ou la morale. Il y a quelques passages bien connus, qui pourraient être d'une importance doctrinale - comme la virgule johannine - bien que beaucoup affirment que les mêmes doctrines sont enseignées même sans ces ajouts.

Problèmes de traduction de la Bible

La traduction, que ce soit entre des langues anciennes ou de ces langues vers des langues modernes, est toujours avant tout un art de «ce que je peux dire de plus près». Il est rarement possible de dire exactement la même chose en deux langues.

'Meurtre' ou 'Tuer'

Le deuxième livre de la Torah (Exode 20:12 dans la Bible) se lit comme suit: לֹא תִרְצָח «Lo tirtsach». La traduction traditionnelle de cette phrase est «Tu ne tueras pas». Outre le fait que le pronom informel et singulier de la 2e personne n'est plus utilisé en anglais, le vrai problème est le mot «ratsach». Le mot est utilisé dans les Écritures hébraïques et dans les écrits profanes pour des actions qui prennent une vie. Mais clairement, vous pouvez tuer votre dîner, et Dieu lui-même vous ordonne de tuer les gens qui ont transgressé contre Lui, bien que «lapidé» ou «se suicider» soit généralement le terme utilisé.

Alors, la réponse est-elle de retenir le mot «tuer» ou d'utiliser le mot «meurtre»? Et est-ce important?

Si quelqu'un écrit un livre de fiction, le fait que l'écrivain dise «Tom a sorti une arme et tué John» ou «Tom a sorti une arme et assassiné John» n'a probablement pas d'importance. Mais quand quelqu'un essaie d'établir un ensemble de lois, un code de comportement, en particulier avec un être divin regardant par-dessus votre épaule, cela fait une énorme différence. Si l'on ne veut pas «tuer», ne devrions-nous pas tous être végétariens (Ou on peut contourner les systèmes pour avoir des infidèles / automates pour tuer les animaux pour votre consommation); Si l'on ne doit pas tuer, alors la peine de mort (y compris tout ce qui est décrit dans le Lévitique) ne devrait pas être exécutoire (nous attendons toujours Dieu à appliquer ses propres lois ); si l'on ne doit pas tuer, il ne faut jamais aller à la guerre, religieux ou non. De toute évidence, aucun de ceux-ci n'est compris comme interdit par les auteurs de la Torah.

Jeter la première pierre

L'une des histoires bibliques les plus célèbres et les plus populaires est celle où Jésus intervient auprès d'une femme sur le point d'être lapidée à mort pour adultère et dit aux pharisiens que celui qui est sans péché doit jeter la première pierre ( Jean 8: 1-11 ). Cela a une belle morale de ne pas juger les gens, de ne pas être tolérant et d'aimer les pécheurs. Mais on pense généralement qu'il s'agit d'une interpolation ultérieure qui ne figure pas dans le texte original du Évangile de Jean , qui est le seul évangile dans lequel il se trouve. Par conséquent, il est omis de nombreuses traductions mais a été inclus dans la version King James. Les partisans suggèrent qu'il a été supprimé par un éditeur ou un traducteur parce que les hommes ne voulaient pas que leurs femmes commettent l'adultère et citent Jésus pour atténuer; les opposants disent que même si cela semble correspondre à ce que Jésus a dit, il a été ajouté plus tard, à partir d'autres sources moins fiables, et ne correspond pas au style de John.

Le genre

Le genre grammatical est une question intéressante pour les traducteurs pour deux raisons: 1) Dans une langue sans genre, il y a des impressions pondérées d'humain / non-humain, masculin et non masculin de `` il '', `` elle '' et `` ça '' qui sont pas reflété dans les mêmes pronoms des langues sexuées, et 2) il a été effectivement soutenu par les linguistes que les gens «voient» différemment les «choses» masculines et féminines, en se basant uniquement sur le genre grammatical.

Les noms hébreux ont un genre grammatical, masculin et féminin. Chaque chose, d'un arbre à un buisson ardent, est un «il» ou une «elle» et non un «ça». Cela s'applique également à «Dieu». YHWH est un mot masculin, tout comme סֵפֶר (sefer, livre). Le genre fonctionne légèrement différemment en anglais, où les noms n'ont pas de genre mais les gens en ont, et des choses ressemblant étroitement à des personnes telles que des animaux de compagnie, des divinités, des nations et des navires peuvent ou non. Par conséquent, il y a des différends sur le pronom à utiliser de Dieu, qui se transforment en différends théologiques sur la nature de Dieu.

Premières traductions

La Septante

Entre le 4ème et le 1er siècle avant notre ère, les érudits juifs, dans une tentative d'élargir la portée de la Bible juive, ont traduit la Bible en grec, produisant le Septante (parfois abrégé LXX). En raison à la fois du processus de traduction et du matériel source, cette traduction a abouti à l'ajout de livres supplémentaires au canon qui ne sont généralement pas reconnus par les juifs orthodoxes ou les églises chrétiennes protestantes. La Septante est l'une des principales sources pour les auteurs grecs du Nouveau Testament.

La Septante, et non les textes hébreux utilisés par le judaïsme et les traducteurs de la Bible chrétienne moderne, est toujours la forme officielle de l'Ancien Testament telle qu'elle est utilisée par la plupart du christianisme oriental.

Dans la tradition juive (et dans le Talmud), les rabbins ont traduit la Torah, les cinq livres de Moïse et les autres livres ont été traduits par d'autres. Cela a conduit à la traduction incorrecte dans Esaïe 7:14 de «עלמה» («almah») en «vierge».

Targum

Le terme Targum a été donnée à des traductions de la Bible juive en araméen, faites par le converti Onkelos pour la Torah et par Jonathan Ben Uziel pour les prophètes. C'était la langue vernaculaire du judaïsme de l'époque romaine, ainsi qu'une grande partie de la région levantine en général. Cela aurait également été la langue vernaculaire de Jésus.

Peshitta

De même, de nombreux premiers chrétiens du Moyen-Orient parlaient le syriaque comme lingua franca, et leur traduction biblique (encore utilisée par de nombreux rites chrétiens orientaux, en particulier ceux qui ne sont pas en communion avec l'Église orthodoxe) est connue sous le nom de Peshitta .

La Vulgate

Le Vulgate , qui signifie approximativement `` langue commune '', une traduction du 5ème siècle du Canon chrétien en latin par saint Jérôme, était la première forme de la catholique Bible, et celle sur laquelle le canon catholique moderne est basé. C'était la première fois qu'une version latine de l'Ancien Testament était basée sur le Tanakh hébreu et non sur la Septante grecque, qui était la base des traductions latines antérieures, collectivement connues sous le nom de vieux anglais (Vieux latin). Bien que la Vulgate soit toujours utilisée comme principale traduction latine par le Vatican, elle n'est plus la base des traductions modernes de la Bible catholique, sauf parmi catholiques traditionalistes .

Luther: donner la Bible à la populace

Alors que la Bible avait été traduite dans la langue vernaculaire et même dans un (maintenant éteint) Langue germanique avant, la traduction de la Bible par Martin Luther (1483-1546) - en plus de l'invention récente de l'impression à caractères mobiles (vers 1040 CE) - était probablement l'un des événements les plus notables de l'histoire européenne et de l'histoire de la traduction biblique. Publiée à partir de 1522, à peine 34 ans après l'apparition de la première Bible complète imprimée en langue tchèque (la Bible de Prague de 1488), la Bible de Luther utilisait un style et un langage qui sont toujours admirés et imités (similaire à la KJV produit plus de un demi-siècle plus tard) et a donné aux gens ordinaires lisant l'allemand un outil pour comprendre la Bible pour la première fois depuis des siècles. Cela a eu à la fois de bonnes conséquences (comme remettre en question l'autorité cléricale) et de mauvaises (comme des chasses aux sorcières, des guerres et finalement exactement le littéralisme biblique et fondamentalisme nous connaissons et aimons aujourd'hui).

Traductions en anglais

Le médiéval une église catholique romaine a soutenu que la Bible devait rester uniquement en latin et a activement découragé avec une force mortelle toute traduction dans les langues vernaculaires. Cette position a été contestée à la fin du Moyen Âge, et certains chercheurs ont commencé à traduire des parties de la Bible en anglais et dans d'autres langues, y compris John Wycliffe ' s Version anglaise du 14e siècle du Nouveau Testament. Ces traductions non autorisées ont été dénoncées par l'Église catholique.

Les traductions vernaculaires étaient une demande majeure de la protestant La réforme et l'invention de l'imprimerie ont permis la publication de telles traductions à grande échelle. William Tyndale traduit le Nouveau Testament, le Livre de Jonas et le Pentateuque en anglais pendant les années 1520, et a été exécuté pour hérésie en 1536. Sa traduction a été «complétée» et légèrement révisée par Miles Coverdale . Cette traduction a été très influente sur les versions ultérieures, en particulier le King James, et a introduit plusieurs mots et phrases en anglais qui sont depuis devenus courants. Une autre traduction, La grande bible , a été publié en 1539 comme une traduction «sûre» de la Vulgate en utilisant une partie de la phraséologie de Tyndale. C'était la première traduction anglaise `` officielle '' et Henry VIII exigeait qu'une copie soit placée dans chaque église sous la nouvelle sécession Église d'Angleterre .

Bible de Genève

La Bible Coverdale-Tyndale a été légèrement révisée en tant que Bible de Genève . Sous cette forme, il a atteint une énorme popularité et est devenu la Bible de préférence même jusqu'à l'époque de la guerre civile anglaise. Cette version a été commencée par des exilés protestants à Genève, la Suisse , sous le règne de Marie I, et a été achevé et dédié à la reine Elizabeth I en 1560. Il est également connu sous le nom de «Breeches Bible», d'après sa traduction de Genèse 3: 7: 'et ils cousirent ensemble des leaux de figuier et en firent des culottes de selues.' (La version King James a des «tabliers».)

La Bible de Genève a été imprimée avec de nombreuses annotations et références croisées. C'était en fait un livre révolutionnaire en termes de convivialité; non seulement il contenait ce vaste appareil d'enseignement, mais c'était la première Bible à être imprimée en caractères romains humanistes au lieu de lettres noires. Il contenait également des concordances, des cartes et des index de noms, et fut la première bible anglaise à diviser le texte biblique en versets numérotés, ce qui permettait de trouver facilement des textes spécifiques. Il est loué pour son langage clair et vigoureux, bien que le roi James ait estimé que les annotations, écrites par des exilés calvinistes, étaient séditieuses et anti-royalistes.

Ces premières traductions sont rarement, voire jamais utilisées, puisque la version King James a remplacé toutes les éditions précédentes. Leur étude est généralement réservée aux érudits bibliques et aux historiens, et présente un certain intérêt dans l'étude de Shakespeare, qui a utilisé exclusivement la Bible de Genève. Certaines manivelles politiques d'extrême droite américaines ont également adopté la Bible de Genève et maintiennent sa supériorité politique sur la version King James.

Bible des évêques

Le Bible des évêques (parfois appelée Bible de la reine Elizabeth) a été commandée par l’Église d’Angleterre en tant que correctif de la Bible de Genève, considérée comme trop calviniste. Il est plus célèbre pour sa beauté en tant qu'objet physique que pour la qualité de sa traduction, qui a été faite à la hâte sous la supervision de l'archevêque de Cantorbéry, Matthew Parker. Une grande partie de la traduction a été faite par des évêques anglais, d'où son nom populaire, bien qu'ils aient pu engager des spécialistes pour le grognement. La première version de la Bible des évêques a été publiée en 1568, avec des révisions en 1572 et 1602, dont la dernière était une source majeure pour la version King James suivante.

Version King James

En seize cent onze, la Bible King James est tombée du ciel
—Anon

Commandé à l'origine dans les années 1600 par le roi Jacques VI d'Écosse et moi d'Angleterre et publié en 1611, le Version King James (KJV, également connu sous le nom de Version autorisée ) est la traduction la plus connue en anglais et le favori de nombreux fondamentaliste Protestants . Il prétend sur sa page de titre être «Traduit hors des langues originales: et avec les anciennes traductions diligemment comparées et révisées». En réalité, c'est une correction du précédent Bible des évêques . Il est considéré par les non-fondamentalistes comme d'une utilité limitée, en raison de l'anglais pré-jacobin dépassé et du recours à des manuscrits qui sont maintenant considérés comme moins précis que ceux actuellement utilisés. À titre d'exemple du premier, dans Apocalypse 17, le Putain de Babylone est décrit comme inspirant «l'admiration» chez l'auteur, mais le mot signifiait autrefois étonnement et non respect et approbation chaleureuse.

La KJV a néanmoins eu une influence majeure à la fois sur l'étude biblique ultérieure et sur la langue anglaise elle-même, étant (avec les travaux de William Shakespeare et le Livre anglican de la prière commune) l'une des premières pierres de touche majeures de la littérature anglaise moderne. C'est aussi la source d'un grand nombre mots de code qui donnent à l'anglais évangélique son bisou inhabituel. (Et, bon sang, c'est justedes sonsplus biblique que ces traductions en langue moderne. Mais serait-ce si populaire auprès d'eux s'ils savaient que King James avait une relation amoureuse avec les hommes?)

La KJV est vraiment très importante pour la langue anglaise, car un nombre énorme de dictons, de proverbes, de clichés et d'allusions courantes en découlent directement. Vous devez au moins une certaine connaissance de la KJV pour être très alphabétisé en anglais. (La même raison pour laquelle vous devez connaître votre Shakespeare.) Certaines parties sont également très bien formulées et traduites. Athées notées tels que H. L. Mencken , Richard dawkins et Christopher Hitchens l'ont approuvé à cette fin.

Le texte est dans le domaine public dans tous les pays, à l'exception du Royaume-Uni , dont les droits sont détenus par la Couronne en vertu d'une servitude spéciale sur le droit d'auteur et délégués à Cambridge University Press et au Scottish Bible Board. Cela n'a jamais été testé en droit et peut ne pas être valide.

La version King James a été mise à jour à plusieurs reprises, en 1629, 1638, 1762 et 1769, ce qui signifie que les KJV vendus aujourd'hui ne sont même pas la version 1611 originale. (Vous pouvez toujours obtenir une KJV 1611 mais vous devrez chasser longtemps et durement; vous êtes à peu près aussi susceptible d'en trouver une dans une librairie chrétienne que vous le feriez pour une Bible Douay-Rheims ou Tyndale.)

Plusieurs versions modernes basées sur la KJV ont également été publiées, un exemple précoce étant la fin des années 1800 Version révisée (RV) qui n'avait qu'une popularité limitée mais qui a eu une influence sur les traductions ultérieures comme l'ASV. Le plus remarquable est le 1982 Nouvelle version King James (NKJV), qui utilise les mêmes textes originaux que la KJV mais est traduit en anglais moderne tout en essayant de maintenir la sensation superficielle de l'ancien texte KJV. Le NKJV est quelque peu controversé. Il n'est pas aimé par Christian fondamentalistes pour avoir retiré leurs mots de code préférés, et par des non-fondamentalistes pour avoir utilisé des textes sources obsolètes. Les Gideons arriver à l'aimer, cependant; la plupart des Bibles Gideon actuellement placées sont des Bibles NKJV. D'autres mises à jour récentes incluent Version King James du 21e siècle (KJ21), qui semble être simplement la KJV avec les mots les plus archaïques remplacés par leurs équivalents modernes utilisant la recherche et le remplacement, et le plus obscur Mise à jour de version autorisée (AVU) dans un langage facile à lire et d'origine anabaptiste.

Une référence humoristique est parfois faite en utilisant la citation: «Si la version King James était assez bonne pour les apôtres, elle est assez bonne pour moi. Malheureusement, il y a quelques fondateurs plutôt sombres qui le pensent vraiment quand ils disent cela.

Le King James seulement le mouvement soutient que la version autorisée 1611, à la fois en tant queTraductionet pas seulement dans le texte original, a été nouvellement inspiré par Dieu pour assurer une version sans erreur dans la langue anglaise. Cela crée un dilemme intéressant car Actes 12: 4 décrit les Juifs célébrantPâques. Un peu moins les purs et durs de la KJV préfèrent défendre la KJV sur la base de son utilisation du Textus Receptus; les plus extrêmes, cependant, nient même l'existence de manuscrits concurrents, affirmant que la Septante était un canular.

La version King James est la traduction préférée du Les mormons . De grandes parties du Livre de Mormon sont, en fait, copiées et collées directement à partir de la KJV.

Il y a une légende selon laquelle William Shakespeare a en fait écrit une partie de la KJV. James C.Humes a suggéré qu'il cachait sa paternité dans le fait que le 46e mot du 46e psaume est «secouer» et le 46e dernier mot de la même chose est «lance». C'est théoriquement possible dans la mesure où Shakespeare était vivant quand il a été traduit, mais il n'y a aucune preuve, et le principal promoteur de l'idée, Humes, n'était pas en fait un érudit littéraire mais un rédacteur de discours pour Ronald Reagan et un acteur connu pour son portrait de Churchill.

Bible de Douay-Reims et parents

Traduit en France (la ville de Douai pour l'Ancien Testament, Reims pour le Nouveau) pour le monde anglophone, le Douay-Reims Bible était le principal concurrent de la KJV anglicane. Contrairement à la KJV, qui faisait largement référence au grec et à l'hébreu d'origine, la Bible de Douay-Reims a été traduite du latin Vulgate et a été généreusement salée de latinismes (Eliseus pour Elisha, Josue pour Josué, Abdias pour Obadiah étant trois exemples choisis au hasard) comme ainsi que les emprunts non traduits ('azyme' pour azyme ou pain sans levain, du grec αζυμος,Gâteaux;, `` sans levain ''), dont beaucoup ont laissé peu de traces en dehors des cercles alors limités de la pratique catholique anglophone. D'autre part, de nombreux latinismes présents dans la KJV sont dérivés des Douay-Reims.

Le Douay-Reims a été révisé au 19ème siècle par Mgr Challoner, puis fortement modifié dans le Version Confraternité dans le 20e, remplacé plus tard par le Nouvelle Bible américaine et le Bible de Jérusalem . Un petit contingent de catholiques traditionalistes maintiennent une croyance de Douay uniquement similaire aux croyants de la KJV dans le protestantisme, allant jusqu'à garder la traduction imprimée (par le biais de l'impression à la demande et d'autres services) lorsque les distributeurs traditionnels l'ignorent, et le texte Vulgate au-dessus du grec original et de l'hébreu comme sources. La plupart des exemplaires des Douay-Reims qui circulent aujourd'hui sont en fait la révision de Challoner, plutôt que l'original.

Nouvelle version internationale

La norme dans de nombreuses églises protestantes évangéliques, le Nouvelle version internationale (NIV) est la traduction contemporaine en langue anglaise la plus populaire au monde et a été parrainée par la Société biblique internationale dans les années 1960. La NIV a été conçue comme une réaction évangélique contre le libéralisme perçu dans la version standard révisée. Contrairement au comité de traduction centré sur les États-Unis du RSV (et son concurrent centré sur le Royaume-Uni, l'ONÉ), le NIV a utilisé un comité de traduction de plusieurs pays anglophones pour une meilleure acceptation internationale, d'où son nom. Bien que facilement disponible dans les éditions à faible coût, la NIV souffre de plusieurs défauts perçus qui entravent son utilisation par les non-évangéliques:

  1. Il est considéré comme trop biaisé vers une vision évangélique.
  2. Il manque d'Apocryphe dans aucune édition, limitant son utilisation aux églises protestantes.
  3. Il est considéré comme un ton quelque peu sec.
  4. Moins fréquemment, il est critiqué pour avoir été écrit à un ' 7e niveau de lecture ».

Une grande partie des études et des excuses sont basées sur le texte de la NIV. La NIV a été révisée plusieurs fois depuis sa sortie, y compris une version linguistique inclusive (qui a remplacé `` pêcheurs d'hommes '' par `` pêcher pour les gens '', etc.) et une nouvelle retranslation connue sous le nom de La nouvelle version internationale d'aujourd'hui (TNIV), publié en 2002 (le Nouveau Testament) et 2005 (la Bible complète). L'utilisation par TNIV de langage non sexiste a terni la réputation de la NIV dans son ensemble parmi de nombreux évangéliques qui considéraient autrefois la NIV comme la norme évangélique, parce qu'ils sentaient qu'ils ne pouvaient plus faire confiance au sponsor de la NIV, l'International Bible Society. Il y avait des questions légitimes sur la traduction de certains passages, mais il semblait surtout qu'une victoire du libéralisme ne pouvait être autorisée. Les plans visant à remplacer la VNI par le texte intégrant le genre en tant qu'édition 2011 de la VNI se sont avérés moins que populaires et le langage sexiste a persisté. Il a également un très plébiscitéBible d'étude NIVédition, avec de nombreuses notes de bas de page et des barres latérales expliquant les points de vue de ses traducteurs et mainteneurs sur le texte.

La marque NIV (ou, dans les langues romanes, NVI) est également utilisée sur de nombreuses traductions dans des langues autres que l'anglais.

Jusqu'à tout récemment, la préférence pour la NIV était un symbole de statut qui signifiait: `` Je vais chez un protestant évangélique méga-église où nous chantons des chœurs de louange contemporains schlocky et levons la main en l'air. Depuis le dépoussiérage du langage inclusif, ce symbole de statut est passé à plusieurs nouvelles traductions comme ESV et Holman.

Nouvelle Bible américaine

L'une des traductions en anglais les plus courantes de l'Église catholique romaine, la première édition du Nouvelle Bible américaine (NAB) a été traduit par la Confraternité pour la Doctrine Chrétienne et publié en 1970. Il comprend le canon catholique complet, bien que dans un ordre légèrement différent de la Vulgate, et est la principale source de lectures bibliques dans les services catholiques. Le NAB a été réédité avec un Nouveau Testament récemment retraduit en 1986 et les Psaumes ont été révisés de la même manière en 1991, de sorte que certaines éditions différeront en fonction de la date de publication, même si toutes portent le nom de New American Bible. La révision de 1986 du Nouveau Testament a été faite pour corriger un biais perçu en faveur de la paraphrase dans la traduction originale, mais a également ajouté un langage inclusif au genre, ce qui rend la révision quelque peu controversée parmi les conservateurs qui préfèrent le NAB original ou les traductions catholiques plus anciennes comme la Bible de la Confraternité.

Récemment, l'Église catholique a commandé le Nouvelle édition révisée de la Bible américaine , qui mettra à jour divers mots et phrases qui ont subi une dérive sémantique. Il est à noter que «butin» sera remplacé par «butin de guerre», tandis que toutes les instances de «almah» dans le texte original seront traduites par «jeune femme» plutôt que «vierge» comme le NAB l'avait auparavant. Cela se produit bien sûr également dans le célèbre verset très controversé: Esaïe 7:14, que les chrétiens considèrent généralement comme une prophétie de la naissance virginale de Jésus.

American Standard Version et connexes

Le Version standard américaine (ASV), publié en 1901, a été la première traduction anglaise moderne à devenir populaire aux États-Unis. Il est maintenant obscur et difficile à trouver, ayant été remplacé par le Version standard révisée (RSV). Le RSV était une révision de l'ASV avec le Nouveau Testament publié en 1945 et la Bible complète publiée en 1954. Le Nouveau Testament RSV était populaire mais lorsque l'Ancien Testament a été publié en 1954, il est devenu un foyer de controverses, parce que les traducteurs ont approché l'Ancien Testament les prophéties dans leur contexte juif plutôt que de les relier au contexte du Nouveau Testament; les versets traduits «une vierge concevra et enfantera un fils» dans la KJV furent traduits par «jeune femme» dans l'Ancien Testament de la RSV tout en les laissant «vierges» lorsqu'ils sont cités dans le Nouveau Testament. Cela a conduit à des accusations selon lesquelles le RSV avait un parti pris libéral. Les évangéliques qui avaient accepté le Nouveau Testament RSV en 1945 ont dénoncé le RSV en 1954 et sa popularité parmi eux était limitée, mais il est devenu pendant un certain temps la traduction biblique la plus populaire parmi les protestants libéraux.

Le RSV a finalement été révisé dans le Nouvelle version standard révisée (NRSV). Le NRSV est considéré comme l'une des traductions les plus œcuméniques, ayant été produit et révisé par un comité d'érudits de multiples origines religieuses, y compris des membres protestants, catholiques, orthodoxes et même juifs. Bien qu'il ne soit pas universellement accepté à toutes fins, le NRSV est la seule traduction anglaise moderne largement disponible qui comprend à la fois les canons catholiques et orthodoxes ainsi que le canon protestant. Le NRSV est la traduction standard de la Bible annotée d'Oxford. Les conservateurs, contrariés par la tendance croissante vers un langage non sexiste, ont utilisé le RSV comme base pour une autre traduction, le Version standard anglaise , publié en 2001. L'ESV est une révision de la RSV pour ramener l'Ancien Testament en ligne avec la compréhension évangélique de ces versets, entre autres. Une édition de l'ESV comprenant l'Apocrypha a été publiée en 2009.

Sur une autre piste, Rainbow Missions of Colorado, USA a créé le Bible anglaise mondiale (la «Bible WEB») en tant que révision de l'ASV dans le but spécifique de produire une Bible anglaise moderne entièrement dans le domaine public.

Les premières traductions de l'anglais moderne

Du début du 20e siècle aux années 1930, plusieurs traductions anglaises sont apparues qui n'étaient (contrairement à l'ASV) pas dans la lignée KJV et ont été traduites du texte Wescott & Hort plutôt que du Textus Receptus. Celles-ci étaient pour la plupart le travail d'individus isolés, et pour la plupart, ils n'utilisaient pas de langage formel archaïque (thees et mille). Le plus populaire d'entre eux était le James Moffatt Traduction. Le Bonne vitesse traductions du Nouveau Testament et Apocryphes et du Goodspeed-Smith associé Une traduction américaine de toute la Bible, le Furet Fenton traduction (décrite plus en détail ci-dessous), et le Weymouth , 20ième siècle , et Charles B. Williams Les Nouveaux Testaments étaient tous populaires à cette époque. L'arrivée de la version standard révisée juste après la Seconde Guerre mondiale est devenue le nouvel état de l'art et a effectivement rendu ces efforts antérieurs obsolètes, mais pendant les années folles, la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale, si l'on voulait une Bible anglaise facile à lire. c'étaient ceux-là. Aujourd'hui, nombre de leurs interprétations seraient considérées comme des paraphrases. La traduction de Moffatt a déplacé des vers entiers pour améliorer la fluidité du texte.

Holman Christian Standard Bible

Ceci est une autre traduction conservatrice parrainée par Holman Bible Publishers, une filiale de la Convention baptiste du sud . La Bible Holman a été traduite par un groupe d'environ 100 personnes engagées dans l'inerrance biblique. Le Nouveau Testament de Holman a été publié en 1999 et la Bible complète en 2004.

Le Holman Christian Standard Bible le logo a un motif de bouclier et de croix évocateur du Guerre spirituelle imagerie actuellement en vogue. De nombreux emballages de la Bible Holman ont été commercialisés avec des motifs basés sur le drapeau américain sur la couverture et des noms tels que `` Bible du soldat '', `` Bible du policier '', `` Bible de l'Airman '', `` La Bible du marin '', `` La Bible du pompier ''. Tous sont imprimés en Corée du Sud . On ne sait pas encore s'ils commercialiseront une «Bible démocrate» ou à Dieu ne plaise, une «Bible des manifestants anti-guerre».

Mis à part leur technique de marketing odieusement patriotique, la Holman Bible est considérée comme une bonne traduction dans l'ensemble et elle oriente un terrain d'entente sur plusieurs questions litigieuses: la traduction par Holman de termes spécifiques au genre vise à être neutre sans être sexiste, et la traduction vise un juste milieu entre l'équivalence formelle et dynamique. Une autre caractéristique intéressante est la mise en gras des versets de l'Ancien Testament lorsqu'ils sont cités dans le Nouveau Testament. D'un autre côté, Holman a une préférence pour les termes modernes chargés (`` troupes '' au lieu de `` soldats '', `` recruteur '' au lieu de `` celui qui l'a choisi pour être soldat '', etc.) éventuellement destinés à faire appel à la centre commercial ninja définir et sans doute changer le sens loin de son intention initiale.

Nouvelle Bible standard américaine

A ne pas confondre avec le NAB catholique, le Nouvelle Bible standard américaine (NASB) est généralement considérée comme l'une des traductions les plus littérales disponibles, bien qu'elle ait été critiquée par les fondamentalistes extrêmes habituels de la KJV uniquement pour une utilisation excessive de langage inclusif et introduction perçue de la théologie libérale. En réalité, la NASB a été écrite comme une traduction conservatrice, faite comme une réaction des évangéliques contre le parti pris libéral perçu du RSV alors populaire. Si quoi que ce soit, la principale plainte légitime concernant la NASB est que, comme YLT ci-dessous, le style est si fort dans le sens de la traduction littérale, mot à mot, qu'il est difficile à lire.

Bible amplifiée

Le Bible amplifiée est un Bible traduction de 1965 basée principalement sur la version standard américaine de 1901. La Bible amplifiée est remarquable pour l'incorporation de différentes marques et types de typographie («ponctuation arbitraire») qui clarifient le texte ou mettent en évidence des problèmes dans la traduction. Cela permet une analyse plus complète du texte que ce qui est possible en utilisant uniquement des notes de bas de page. Voir Wikipédia pour plus de détails.

La Bible vivante

L'histoire est à peu près la même que la Bible Amplifiée, mais elle a été écrite en 1971 et a commencé comme un père réécrivant des parties de la Bible pour que ses enfants puissent la comprendre plus facilement, et plus tard, certaines personnes ont décidé de la publier. Le Bible vivante est une paraphrase plutôt qu'une traduction stricte. Il est devenu très populaire car il est facile à lire, et il est connu pour avoir de nombreuses éditions populaires avec des noms commeLe livreet être donné à Billy Graham croisades. Il a été accusé d'avoir un parti pris envers Arminianisme dans sa théologie.

Plus récemment, le Nouvelle traduction vivante (NLT) a été publié, avec un langage inclusif. Le NLT a commencé comme un projet de révision de la Bible vivante, mais est finalement devenu une nouvelle traduction.

Bonne nouvelle Bible

Autre version née du besoin perçu de publier une traduction compréhensible par les enfants, le Bonne nouvelle Bible a également porté les noms de Good News For Modern Man, Good News Translation et Today's English Version. Cette version a été fortement encouragée par l'American Bible Society, mais lorsque le traducteur a fait connaître son mépris pour la théologie conservatrice et l'inerrance biblique, les dons évangéliques à l'ABS ont chuté. La traduction elle-même n'a pas un parti pris particulièrement libéral mais est néanmoins souvent perçue comme une traduction libérale. Il est illustré avec des chiffres de bâton atrocement datés qui avaient probablement l'air branché en 1968. Étant une Bible «en anglais simple», elle est également très ennuyeuse pour un lecteur habitué à la KJV: Ecclésiaste, par exemple, finit par ressembler à votre grand-père se plaignant.

Le message

Une paraphrase plus récente pour le marché des enfants. La traduction est ... étrange. Par exemple, Romains 13: 4: 1 sort 'Mais si vous enfreignez les règles à droite et à gauche, faites attention. Les policiers ne sont pas là uniquement pour être admirés dans leurs uniformes.

Traduction J.B. Phillips

Ceci est encore une autre version destinée à être facilement comprise par les enfants. J.B. Phillips était un anglican et ami de C.S. Lewis . Il s'est contenté de publier le Nouveau Testament et quelques livres de l'Ancien Testament. Sa traduction du Nouveau Testament est très appréciée dans certains cercles et toujours populaire.

Nouvelle Bible anglaise et connexes

Le Nouvelle Bible anglaise (NEB) était un projet œcuménique de plusieurs églises du Royaume-Uni. L'un des objectifs de l'ONÉ était de produire une traduction anglaise entièrement nouvelle de la Bible à partir de zéro, au lieu d'une autre révision de la lignée RV-ASV-RSV. Le Nouveau Testament a été publié en 1961 et la Bible complète en 1970. Les traducteurs ont traduit le long des lignes d'équivalence dynamique (phrase par phrase) plutôt que d'équivalence formelle (mot pour mot), mais cela a abouti à certaines bizarreries telles que placer des versets hors de ordre numérique. Il a été accusé d'être une paraphrase, ainsi que d'avoir un parti pris libéral. Très apprécié lors de sa publication, il était un produit de son temps et est tombé en disgrâce. Plus récemment, il a été révisé en Bible anglaise révisée .

Traduction littérale de Young

Traduction littérale de Young est une traduction obscure du bibliste écossais Robert Young en 1862, avec deux Versions révisées publié en 1887 et en 1898 (les dix dernières années après la mort de Young). Comme son nom l'indique, il opte pour l'équivalence formelle dans la mesure du possible, basée sur le Textus Receptus et le Majority Text. Il utilise aussi fréquemment le présent alors que d'autres traductions utiliseraient le passé; par exemple, Genèse 1: 1 est rendue comme «Au commencement de la préparation par Dieu des cieux et de la terre -». Le résultat est une bonne traduction littérale de l'hébreu, mais qui devient parfois pratiquement illisible.

La Bible soulignée de Rotherham

Joseph B. Rotherham a publié plusieurs éditions d'une partie ou de la totalité du Nouveau Testament à la fin des années 1800, à partir de 1868. Sa traduction complète de la Bible est sortie en 1902. Similaire à la traduction littérale de Young comme un mot à mot strict qui est difficile à lire , mais avec deux différences clés. L'édition finale de Rotherham a utilisé le manuscrit Wescott & Hort, où Young a utilisé le Textus Receptus. La plus grande différence est l'utilisation de diverses marques d'accent dans la traduction de Rotherham pour désigner différents temps et sens en hébreu et en grec d'origine.

Société de publication juive

Lorsque les Juifs sont venus en Amérique du Nord et ont commencé à utiliser l'anglais comme langue commune, les dirigeants juifs ont réalisé qu'ils avaient besoin de leur propre traduction en anglais parce que les traductions anglaises courantes (par exemple la KJV) reposaient sur des textes non acceptés comme authentiques par les Juifs ou étaient rédigés une manière d'impliquer la venue de Jésus. La version la plus diffusée de la Bible destinée aux Juifs est celle imprimée par la Jewish Publication Society (JPS). L'édition de 1917 est la première édition et, peut-être pour lui donner une légitimité auprès de leurs voisins gentils, elle utilise l'anglais jacobéen. JPS a achevé une version plus moderne en 1985 (bien qu'ils aient commencé le projet à la fin des années 1950) et substitué des idiomes bibliques à ceux qui ont un sens pour les lecteurs modernes. Il existe plusieurs versions différentes destinées à être utilisées dans les synagogues réformées, conservatrices ou orthodoxes, bien que certains groupes orthodoxes aient également leurs propres versions. Certaines versions vous donnent en fait l'hébreu original si vous êtes intéressé, mais les livres s'ouvrent de droite à gauche (puisque l'hébreu s'écrit de droite à gauche). Certaines bibles juives (en particulier celles utilisées par les congrégations orthodoxes) incorporent également des commentaires de sages renommés.

Traductions de franges, de manivelles et de blagues

  • À peu près la propriété exclusive du Société Watchtower Bible and Tract , le Traduction du monde nouveau a été créé pour remplacer l'ASV comme traduction standard du culte des Témoins de Jéhovah (JW). Les TNO sont largement condamnés par les érudits chrétiens traditionnels, principalement parce qu'ils traduisent de nombreux versets de manière non standard qui n'admettent pas les interprétations traditionnelles. Les savants non religieux l'approuvent davantage, le considérant comme une assez bonne traduction. Robert M. Price , par exemple, discute rarement des JW sur son volumineux podcast sans mentionner que la Traduction du monde nouveau est étonnamment précise et dans de nombreux endroits supérieure aux traductions traditionnelles. À un moment donné, Watchtower a publié une version interlinéaire du Nouveau Testament (qui comprend le texte original au-dessus de chaque verset traduit) connue sous le nom de Traduction interlinéaire du Royaume .
  • Toute autre traduction du 'Nom Sacré' émise par une secte insistant sur le nom de Dieu doit être correctement rendue par Yahweh ou Jéhovah. Il y a beaucoup de.
  • Le Furet Fenton la traduction de 1903 était le projet de toute une vie d'un homme d'affaires londonien qui avait une compréhension amateur du grec et de l'hébreu sur lequel il travaillait, mais il a eu une brève période de popularité au début du XXe siècle aux côtés d'autres traductions alors modernes comme Moffatt, Rotherham, et Goodspeed. Il est rempli de bizarreries et les livres sont réorganisés dans un ordre inhabituel. Il est surtout connu pour son interprétation de Genèse 1: 1 comme `` Par périodes, Dieu créa ce qui produisit les systèmes solaires, puis ce qui produisit la Terre '', Jonas comme étant ramassé par un bateau au lieu d'être avalé par une baleine littérale, et les Psaumes comme paroles de heavy metal poèmes anglais. La traduction Fenton a ses fans aujourd'hui. Il s'agit peut-être de l'une des rares traductions de la Bible en anglais correspondant à la définition d'un «classique culte». Quelques Israélistes britanniques ont également essayé de le revendiquer ces dernières années, apparemment à cause du dévouement de Fenton à «toutes ces nations issues de la race des îles britanniques» et rien dans la traduction elle-même.
  • Le Version inspirée ou 'Joseph Smith Translation' (JST) était une tentative de révision de la version King James par Joseph Smith, Jr. pour l'adapter mormon théologie. Il est rempli de remplacements en gros de certains versets, en particulier dans le livre de la Genèse, qui sera plus tard publié dans 'The Perle de grand prix ». Il a une utilisation limitée dans les cercles mormons, car les mormons préfèrent la KJV dans les pays anglophones. Les érudits mormons soutiennent que la JST est mieux comprise comme un type de Midrash plutôt qu'une véritable restauration du texte biblique original.
  • Le Version de récupération , tout comme la Traduction du monde nouveau, est l'œuvre d'une secte destinée à être utilisée comme Bible interne, dans ce cas, la Église locale mouvement des évangélistes chinois Watchman Nee et Témoin Lee . Comme les TN-O., Il est considéré comme une traduction plutôt bonne pour la plupart, à l'exception d'un style de traduction original pour l'adapter à la doctrine de l'Église locale, comme la traduction du nom personnel de Dieu `` YHWH '' par `` Jah '' ou `` Jéhovah '', et la modification verbes clés dans certains passages (comme changer 'était' en 'devint' dans Genèse 1: 2 afin de soutenir leur croyance en créationnisme d'écart ).
  • Le Nouveau Testament: une traduction purifiée est un tétotaliste traduction dont l'intention est de `` corriger les erreurs de traduction '' qui peuvent entraîner `` de graves conséquences telles que l'utilisation de boissons de l'alcool ». Le traducteur principal, Stephen Mills Reynolds, a précédemment participé à la traduction de la NIV originale. La traduction purifiée semble avoir un programme unique: Jésus n'a pas transformé l'eau en vin, il l'a transformée en jus de raisin. Paul n'a pas bu de vin, il a bu du jus de raisin. Plans pour une traduction de l'Ancien Testament, y compris des versets tels que Michée 2:11 et Proverbes 23: 29-31 , ont été évoqués en 1999 mais ne se sont malheureusement jamais concrétisés.
  • Le Bible de Lamsa , parfois appelé leSainte Bible du texte oriental ancien, est une traduction de 1933 de George Lamsa qui traduit le Syriaque Peshitta, une ancienne version araméenne de la Bible, plutôt que l'hébreu ou le grec. L'Église orthodoxe assyrienne tient à la primauté de ces textes araméens.
  • Technologie Bible de Lolcat peuvent être trouvés sur Internet. Ce translashun est inspiré par miaow du chat de plafond. C'est vrai, rly!
  • Le projet biblique conservateur est le fruit de Andrew Schlafly . Il s'agit d'une collaboration continue entre Schlafly, les éditeurs de Conservapedia et le parodiste occasionnel pour supprimer le «biais libéral» présent dans les traductions plus traditionnelles. Le projet concerne plus la reformulation de la KJV que la traduction, étant donné que Schlafly semble avoir peu d'expérience avec les langues bibliques et les contributeurs qui ont abandonné. La Bible conservatrice utilise ' mots conservateurs puissants 'pour raconter l'histoire du Christ - le champion des principes conservateurs du marché libre. Jésus semble maintenant être en accord total avec les convictions de Schlafly .
  • Bon comme neuf: un récit radical des Écritures est une nouvelle traduction récente du Nouveau Testament comprenant le Évangile de Thomas , omettant plusieurs épîtres mineures et le livre de l'Apocalypse, et supprimant complètement les références homophobes et misogynes dans le reste. Si Andrew Schlafly peut réécrire les Écritures en fonction de ses propres préjugés, la gauche le peut, prouvant une fois de plus que la droite n'a en aucun cas le monopole d'insulter son intelligence avec un esprit partisan de rang.
  • Le Bible de Jefferson , autrement connu sous le nomLa vie et la morale de Jésus de Nazareth, a été écrit au début du 19e siècle par Thomas Jefferson et ce n'est pas tant une traduction qu'une recompilation et une rédaction du Nouveau Testament afin de supprimer les aspects surnaturels et les parties que Jefferson croyait avoir été mal interprétées ou modifiées au profit des prêtres. La Bible de Jefferson n'est pas couramment utilisée pour les actes de culte et est à peu près exclusivement déistes , laïcs, universitaires et fans de Jefferson, et pour une raison quelconque, d'étranges `` souverainistes individuels '' libertaires .
  • Il existe des traductions partielles de la Bible dans les dialectes anglais régionaux, tels que La Bible à Cockney: en tout cas ( ISBN 1841012173 ),Plus de Bible à Cockney( ISBN 1841012599 ) etEe By Gum, Seigneur! Les Évangiles dans le Broad Yorkshire( ISBN 185825065X ), qui ne sont vraiment destinées qu'à être un peu amusantes. Plus sérieusement, le Nouveau Testament a été traduit en écossais au 16ème siècle par Lollards mais est resté inédit pendant près de 400 ans. La gravité deGuid Wittins Frae Docteur Luik, le Évangile de Luc dans Ulster-Ecossais , n'est pas clair (avec de nombreuses personnes soupçonnant que l'Ulster-Scots n'est rien de plus qu'une blague anti-irlandaise).
  • Une combinaison de plaisanterie et de traduction sérieuse est Livre de Jésus , une traduction hawaïenne en pidgin du Nouveau Testament. Entendre quelqu'un raconter cela est ... assez intéressant. En raison du fait que certains mots n'ont pas d'égal en anglais réel et d'autres choses, certains mots deviennent des phrases, et certaines phrases des mots (par exemple, Dieu devient «Da Big Guy in'a Sky»).
  • Le tout le Nouveau Testament a été traduit enQuenya, l'un des J.R.R. Langues elfiques de Tolkien deLe Seigneur des Anneauxunivers. Le traducteur déclare que puisqu'il n'est «même pas religieux», cela peut être considéré comme «le monument littéraire ultime de Nerddom». Une rétro-traduction en anglais est fournie dans tout le texte, juste au cas où votre elfique serait déficient. Il y a également eu des tentatives de traduire le Nouveau Testament en klingon (la langue fictive de Star Trek ) et Na'vi (de James Cameron'sAvatar), et la trilogie Native Tongue de Suzette Haden Elgin comprend une partie d'une traduction de la Bible King James dans sa propre langue fictive, Láadan.
  • Le Bible méchante était une bible publiée en 1631 par Robert Barker qui avait le commandement 'Tudoitcommettre un adultère'. Dieu a peut-être eu des problèmes conjugaux en ce moment, ou autre chose. Les imprimeurs ont été condamnés à une amende de 300 £ et la carrière de Barker a décliné par la suite, aboutissant à sa mort dans la prison d'un débiteur en 1645. Certaines personnes soupçonnent que plutôt qu'une erreur accidentelle, elle a été sabotée par le rival de Barker, Bonham Norton. La majeure partie du tirage a été détruite et si vous en avez une copie aujourd'hui, elle vaut plus de 10000 £.

Plus loin

L'espoir de répandre la Parole de Dieu (les évangélistes autoproclamés de Dieu) à des peuples éloignés a impliqué la traduction de textes bibliques (en particulier les Évangiles) dans de nombreuses langues minoritaires, beaucoup avec peu de locuteurs et des textes écrits limités. Souvent, cela ne se fait pas à partir du grec, de l'hébreu ou de l'araméen, mais à partir de textes dans la propre langue des missionnaires: parfois ils travailleront à partir d'une traduction très littérale en anglais, français, portugais, etc., mais parfois un texte plus idiomatique est utilisé, qui est plus éloigné de l'original. Un groupe de spécialistes, les Sociétés bibliques unies, a créé plusieurs manuels sur les procédures de traduction, ainsi que l'assemblage de collections de textes dans un format de traduction, et ils visent à chaque fois à créer une bible d'étude avec du matériel secondaire pour aider à la compréhension qui libèrera interprétations religieuses particulières, bien que toutes les organisations ne soient pas aussi systématiques. D'un autre côté, il y a un mouvement croissant dans les sociétés postcoloniales telles que Afrique créer des traductions bibliques qui mettent en avant les expériences africaines et faire ressortir les références africaines dans la Bible (y compris à la flore et à la faune), parce que les traductions antérieures ont minimisé les éléments non européens.

SIL International , un prétendu INC stooge, et quelques groupes alliés ont pris sur eux la tâche de traduire la Bible dans toutes les langues obscures à travers le monde qui manquaient auparavant d'une telle traduction. Ces Bibles sont traduites de la version anglaise de la KJV, et non des langues originales, ce qui soulève la question de savoir s'il pourrait y avoir un téléphone arabe effet d'une mauvaise traduction, si la traduction pourrait être complètement impénétrable pour des raisons culturelles, ou si la traduction pourrait être délibérément traduite par un infiltré en jibber Jabber ou quelque chose d'assez non chrétien comme les œuvres de Aleister Crowley .

SIL prétend passer par une procédure de consultation et de test sur ses traductions, y compris la fourniture d'un paratext pour expliquer les termes et le contexte. Mais beaucoup de ces langues ont très peu de locuteurs couramment (par exemple moins de 1000), et encore moins de personnes alphabétisées, il serait donc difficile de valider indépendamment les traductions, même pour SIL. Ils ont également été critiqués par les anthropologues et les linguistes pour avoir cherché à changer les sociétés et à les remodeler dans un format plus chrétien.